Eglantine et Zoë, une belle aventure couture !

On parle beaucoup d’Eglantine et Zoë en ce moment, et on a bien raison !

Pour découvrir qui est cette passionnée de couture et quels sont ses secrets, nous lui avons posés quelques questions.

Eglantine et ZoeQu’est-ce qui vous plaît dans la couture ?
Ce qui me plait dans la couture c’est le fait de transformer totalement quelque chose : on part de quelques bouts de tissu et on termine avec un vêtement, accessoire, objet de décoration qui a une vraie forme et un vrai rôle.
Bien sûr, j’aime aussi le fait qu’il s’agisse de créer, d’imaginer comment le tissu va évoluer et tomber : chaque matière va donner un effet différent à une coupe. En effet, j’aime coudre mais je crois que j’aime encore plus les tissus. Je suis fascinée depuis longtemps par les belles matières, les unis profonds, les jolis motifs et les petits imprimés originaux, délicats… le tissu Liberty of London (le vrai !)m’a attirée très jeune dans ses filets !

Zoë vous explique comment ça marche en vidéo

Comment avez-vous appris à coudre ?

J’ai commencé à créer des vêtements à 7 ans… à l’agrafeuse ! Je me suis mise à la couture à 15 ans en autodidacte. Je me suis formée toute seule aux bases, en testant à chaque fois de nouvelles formes et de nouveaux styles. Effrayée par les patrons où les pièces se superposaient dans tous les sens, j’ai toujours cousu à l’instinct et non dans les règles de l’art ! Le fait que je ne sois pas une couturière professionnelle me permet de me mettre à la place de la cliente. Je fais donc tout ce que je peux pour proposer des techniques abordables et faciles à réaliser.
Eglantine et Zoe

Racontez-nous la création d’Eglantine et Zoé

Ce projet est un rêve depuis longtemps, j’ai toujours aimé partir de presque rien, imaginer, puis construire quelque chose. J’ai progressé en couture, testé différents modèles et je me suis créé des petites robes qui me correspondaient. Les retours très positifs de ma famille, mes amis et mes collègues m’ont encouragée car cela traduisait que ce que je faisais pour moi pouvait peut être plaire à d’autres. En parallèle de mes études et de mon début de vie professionnelle dans le marketing, j’ai commencé à faire des recherches. Même si mon métier me plaisait, l’idée de créer mes propres collections et de lancer ma petite entreprise était toujours là…

Eglantine et ZoëN’étant pas issue d’une école de stylisme, je souhaite me lancer dans un projet à ma portée et qui me ressemble. Lorsque l’idée des kits de vêtements prêts à coudre est arrivée il y a 1 an et demi, j’ai eu le déclic car cela me correspondait à 100 %. En effet, mon objectif est de faire partager la formidable sensation de porter un vêtement que l’on a fabriqué soit même. Aujourd’hui on peut s’acheter des vêtements n’importe où, n’importe quand, à tous les prix et de toutes les tendances, mais porter un vêtement que l’on est fière d’avoir fabriqué, c’est beaucoup plus rare et tellement précieux ! Après donc 1 an de travail acharné, de formations, de remises en questions, de prototypes etc… la première collection de kit prêt-à-coudre et le site internet Eglantine et Zoé ont vu le jour. eglantine-zoe.fr Et bien sûr à l’origine de ce projet il y a Églantine… mon chat ! Lorsque j’ai commencé à coudre, elle devint rapidement ma première critique et spectatrice. Fascinée elle aussi par les tissus, elle se roulait dans les coupons, se blottissait contre la machine à coudre et ronronnait dans les robes longues. Elle fut ma première d’atelier pendant 15 ans, je voulais donc lui rendre un petit hommage…

Quel est votre meilleur souvenir depuis le début de votre aventure ?

Eglantine et Zoë, la jolie jupePour m’aider à financer le projet , j’ai voulu tenter l’aventure « financement participatif » dont on entend beaucoup parler et qui, semble-t-il, fait des miracles ! Les 45 jours de collecte ont donc été une course contre la montre où je n’ai cessé de communiquer, activer mes contacts et réseaux, démarcher la presse locale et stimuler les réseaux sociaux. J’avais naïvement imaginé que la présence sur la plateforme suffisait à attirer les donateurs… Ces 45 jours ont été épuisants, mais les encouragements, le soutien, la confiance, les commentaires positifs des participants m’ont fait l’effet d’une immense vague de bienveillance. Le jour où la collecte a atteint son objectif, ce fut un grand soulagement et un premier obstacle franchi… avant tous les suivants !

Que conseilleriez-vous aux personnes qui souhaitent faire de leur passion leur métier ?

Lorsque l’on crée son entreprise, la passion devient un métier et cela change tout. Il ne faut pas croire qu’en prenant cette voie, il s’agira d’une pure partie de plaisir ! Je passe bien plus de temps à gérer le site internet, relancer les prestataires, démarcher la presse et régler divers problèmes qu’à coudre, créer les modèles et choisir les tissus. La passion devient vite une vie stressante qui exige du résultat pour en vivre. Je jongle avec 2 vies professionnelles puisque je donne des cours en BTS et dans une école de commerce afin de pouvoir remplir la marmite ! Lorsque l’on est conscient de cela, je pense que l’on part avec moins de naïveté dans l’aventure.

Quelles machines utilisez-vous, quelles marques, quels modèles?

Eglantine et Zoë, la jupe en kitJe couds sur une machine à coudre familiale Singer modèle Expérience 160. Une amie couturière m’a fait cadeau il y a quelques temps d’une petite surjeteuse, mais je n’ai pas encore eu le temps de la mettre en route !

Quel est votre prochain challenge/projet ?

Mon prochain challenge est de faire connaître Eglantine et Zoé car la marque est toute récente. En plus des kits prêts à coudre, j’aimerais lancer des kits « patron + tissu non coupé » et des patrons seuls. En effet, si les kits avec le tissu déjà coupé séduisent les débutantes, les couturières déjà expérimentées préfèrent couper et utiliser un patron.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *